Trois questions à Jean-Paul Besset

Elu dans la région au Parlement européen en 2009 sur la liste d’Europe Ecologie, coordinateur du Pacte écologique de Nicolas Hulot et cofondateur d’Europe Ecologie, le Clermontois Jean-Paul Besset a décidé de soutenir la candidature d’Eric Faidy.

On vous imaginait plutôt aux côtés des Verts ?

Les Verts sont aux côtés du maire sortant. Ils critiquent sa politique mais au final ils le soutiennent. C’est leur problème. Moi je souhaite le changement pour Clermont. Pas le « business as usual » !

En quoi Eric Faidy incarne-t-il le changement ?

Parce que cet homme qui vient de la vraie vie, celle du travail, pas des combinaisons d’appareils, a compris que notre avenir à tous passait par une réorientation écologique des politiques publiques. Le climat, les emplois, la santé, la consommation, l’alimentation, les logements, les déplacements, le commerce, l’artisanat, l’économie, la diversité du vivant dépendent de ce grand bouleversement. Eric sait que l’impératif écologique est incontournable et qu’il faut s’y coller en grand. En même temps, il croit que c’est une formidable chance de renouveau. Une métamorphose ! Son programme et ses engagements en témoignent.

Peut-il gagner ?

Bien sûr. Les questions écologiques sont au cœur des préoccupations de tout le monde. Elles conditionnent désormais tous les choix. Eric est déterminé et il a les épaules solides. Il ne cherche pas à faire carrière. Avec les habitants, il veut engager une dynamique collective autour d’un projet de transformation profonde de Clermont. Il sait que c’est là-dessus que se joueront l’attractivité économique de la ville et le bien-être social. Lui et son équipe ont la force de la conviction et le soutien de la majorité présidentielle. Et moi j’aimerais voir le béton et le bitume reculer dans ma ville d’enfance et de cœur. Au profit de la nature et du mieux vivre ensemble.

Laisser un commentaire