Se déplacer autrement

Pouvoir se déplacer à sa guise, notamment en ville, constitue une liberté fondamentale. Mais celle-ci se transforme progressivement en son contraire. La hausse continue du parc automobile se traduit par des encombrements toujours plus importants et une asphyxie des villes. Les émissions de gaz carbonique et de polluants de toutes sortes accélèrent le réchauffement climatique et hypothèquent la santé des habitants. Embouteillages et temps perdu nuisent à la fluidité économique et au confort des déplacements. La ville se retrouve de plus en plus prisonnière d’un modèle dépassé. 

Il ne s’agit pas de chasser l’automobile de la ville mais de libérer les Clermontois de la contrainte du tout-voiture individuel, de réduire son impact sanitaire et climatique, en offrant des solutions alternatives. Celles-ci passent par le renforcement de l’offre de transports en commun, le soutien aux modes de déplacements doux, l’encouragement à l’usage individuel de véhicules électriques ou hybrides.

Nous proposons que la ville s’oriente vers un autre modèle de déplacement urbain afin de favoriser la liberté de chacun et la mobilité de tous.

LES MESURES-CLÉS

NOS PROPOSITIONS

Priorité aux transports en commun

  • Renforcer le maillage des bus sur toute la ville. À la fin du mandat, personne ne doit habiter à plus de dix minutes d’un arrêt de bus. 
  • Créer un réseau inter quartiers de petites navettes électriques pratiquant l’arrêt à la demande. 
  • Ouvrir des parkings relais en périphérie de la ville et en amont des points noirs existants. Ils seront reliés en express avec le centre-ville par des navettes de bus propres ou par des lignes existantes.
  • Faire évoluer le parc de bus vers des véhicules propres en fonction des innovations technologiques (gaz, électricité, hydrogène). Arrêt définitif des achats de bus fonctionnant au diesel. 
  • Installer un règlement intérieur de civisme (comme à Bordeaux) afin de lutter contre le harcèlement dans les trams et les bus de la ville sous la forme de pictogrammes explicatifs. 
  • Limiter l’extension jusqu’à l’aéroport d’Aulnat de la ligne B, telle que prévue au PDU, en l’arrêtant au Brezet, ce qui constituera une économie de 20 à 30 M€ pouvant être utilisée pour renforcer le maillage et les fréquences des transports en commun, en particulier après 20h, ou pour créer une deuxième ligne de bus de nuit le week-end (BEN) desservant les quartiers Nord.
  • Étudier la création d’une ligne circulaire de bus sur les Grands Boulevards ainsi que la desserte en site propre de la Grande Halle et du Zénith par la ligne C.
  • Améliorer l’accessibilité au réseau pour les personnes en mobilité réduite (en particulier au niveau des correspondances).
  • Instaurer la gratuité du tramway et du réseau de bus le week-end.  Extension de la gratuité à tous les jours de la semaine après bilan et chiffrage économique (pour ne pas augmenter les impôts).
  • Maintenir des tarifs solidaires sans modification des règles (attribution basée sur les ressources) 

Le train dans la ville

Clermont-Ferrand dispose d’une étoile ferroviaire sous exploitée pour les déplacements domicile-travail.

  • Lancer, dès 202O, d’une vaste étude avec Clermont Métropole, l’agence d’urbanisme, le SMTC, la SNCF (ou, en 2021, avec un éventuel nouveau délégataire du service public ferroviaire) et la Région afin de préparer un programme de création ou de relance de haltes ferroviaires dans l’aire péri-urbaine, connectées au réseau de transports en commun ou à des parkings relais. 
  • Faire passer rapidement la ligne Clermont-Durtol en tram-train avec un matériel léger plus adapté, voire à l’hydrogène. Cela concernerait les haltes ferroviaires de La Rotonde, Royat/Chamalières et Durtol
  • Soutenir la SNCF et la Région dans le développement d’une autre ligne tram-train sur la ligne Vertaizon-Pont du Château-Clermont-Ferrand.
  • Mettre en œuvre avec la Région le transfert de la gare routière des Salins sur les terrains disponibles (notamment des terrains SNCF) à l’arrière de la gare centrale de Clermont afin de constituer, comme dans la plupart des métropoles régionales, une plate-forme multimodale cohérente.

Le vélo dans la ville

Le plan vélo de Clermont-Ferrand accuse un énorme retard par rapport à celui des villes comparables. Il faut créer les conditions qui aident nos concitoyens à délaisser leur voiture pour se rendre au travail à vélo. Grâce au renforcement des transports en commun et du ferroviaire périurbain (voir ci-dessus), des espaces de circulation seront libérés sur les boulevards de ceinture et sur les voies pénétrantes pour les déplacements en mode doux (vélo, trottinette, navette autonome, …)

  • Créer de véritables pistes cyclables continues et sécurisées, séparant physiquement les flux automobiles des vélos et des piétons. 
  • Accélérer le calendrier du plan cyclable (dont l’achèvement n’est pas prévu avant … 2028) en doublant les dotations annuelles sur le mandat et en priorisant des axes clés. Soit passer de 3 M€/an à 6 M€/an.
  • Création de deux boucles cyclables continues et sécurisées, l’une de 3,5 kms, faisant le tour du Plateau Central  (Delille – Gaillard – Salins – Bd Mitterrand – Cours Sablon – Bd Trudaine), l’autre, de 7,5 kms, empruntant les boulevards circulaires (Carmes – JB Dumas – Lavoisier – Berthelot – Duclaux – Aristide Briand – Jean Jaurès- Côte Blatin – Bvd Fleury).
  • Ouvrir un axe cyclable de 4 km allant de la Gare SNCF au CHU Estaing et au Quartier St Jean en profitant des aménagements en cours et à venir de ces quartiers.
  • Améliorer la sécurisation des pistes existantes en créant une séparation matérielle ou un repérage visuellement explicite de la piste cyclable (peinture verte par exemple).
  • Développer la signalisation aux carrefours en indiquant clairement la piste cyclable. 
  • Améliorer la gestion du remplissage des stations de C Vélo (fréquence de réapprovisionnement et vidage)
  • Proposer une offre de location longue durée de Vélo à Assistance Electrique (VAE) attractive (en quantité de vélos disponibles et en tarification) 
  • Couvrir les stations C Vélo les plus fréquentées pour les protéger de la pluie.
  • Multiplier l’implantation de boxes sécurisés en particulier dans les parkings souterrains de la ville.
  • Soutenir et développer des ateliers de réparation participatifs dans la ville.
  • Réduire les incivilités (stationnement, poubelles sur les pistes cyclables), sécuriser le stationnement des vélos.

L’électricité dans la ville

  • Déployer avec la Métropole et un opérateur spécialisé un plan ambitieux d’installation de bornes électriques dans les rues de la ville, les parcs de stationnement et dans les parkings relais. Aujourd’hui il n’y a pratiquement aucune borne de recharge électrique à Clermont !
  • Convertir les parcs de bus au gaz et à l’électrique ainsi que les autres véhicules de la Métropole et des services territoriaux (déchets, entretien voirie, espaces verts,…)
  • Installer des stations de recharge en hydrogène produit localement par l’incinérateur du Crouel. Cet hydrogène pourra également alimenter les trains à hydrogène.

Eliminer les points noirs de circulation

Les entrées et sorties de Clermont-Ferrand sont souvent devenues des points noirs qui bloquent le trafic. 

  • Créer des parkings relais en amont des points noirs en les installant à proximité des lignes A, B et C ou en les reliant au centre-ville par des navettes rapides, avec des tarifs attractifs et des temps de parcours concurrentiels.
  • Développer sur les axes pénétrants les voies sur lesquelles les feux de circulation sont synchronisés pour ne rencontrer aucun feu rouge en roulant à 50km/h (« Ondes vertes ») comme sur Anatole France ou Côte Blatin pour fluidifier le trafic, en particulier dans le sens sortie de la ville. 
  • Profiter des aménagements des quartiers de la Gauthière et des friches comme à Cataroux pour éliminer le point noir du Carrefour des pistes et requalifier ce secteur en termes d’habitat et d’espaces verts. Y placer un élément architectural emblématique marquant l’entrée de la ville
  • Profiter des évolutions des quartiers nord pour fluidifier le trafic sur le boulevard Etienne Clémentel jusqu’au Carrefour des pistes, en réduisant les feux de circulation ou en créant une onde verte.

Une plateforme numérique multimodale

Pour permettre aux Clermontois et aux habitants de la ceinture péri-urbaine d’effectuer leurs déplacements en utilisant facilement les différents moyens de transports (fer, transport en commun, vélos, navettes ou covoiturage), mettre en place une plateforme numérique multimodale permettant de :

  • Trouver le trajet optimal d’un point A à un point B (sur mobile ou borne), tous modes de transport confondus (tram, bus, train périurbain, vélos et trottinettes en libre-service, covoiturage, etc…).
  • Payer sur la plateforme l’ensemble des services consommés quel que soit l’opérateur. 
  • Assister les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées et les déficients visuels.

Laisser un commentaire