J’ai décidé de m’engager, non pas pour faire carrière, mais pour servir ma ville.

Je suis né à Ambert en Janvier 1961 dans une famille de petits commerçants. Partis de rien, mes parents avaient montés une affaire qui tournait bien mais prenait tout leur temps samedi et dimanche matin compris. Avec mon frère et ma sœur, nous avons vécu une enfance tranquille rythmée par l’école et les heures d’ouverture du commerce. J’ai compris très jeune que rien ne se gagnait sans effort.

Après un baccalauréat obtenu dans ma ville natale grâce aux enseignants de l’école publique, j’ai entamé mes études supérieures à Clermont-Ferrand où je me suis installé en 1980. Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Clermont, j’ai passé une année à Orléans puis à Lyon pour mon service militaire.

De retour à Clermont-Ferrand, j’ai travaillé deux ans à la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. Durant cette période, j’ai découvert comment une profession avait su s’organiser collectivement pour se moderniser. On revient aujourd’hui des excès de l’agriculture d’après-guerre. Et c’est tant mieux.

C’est fin 1987 que j’ai été recruté chez Michelin par Eric de Cromières, aujourd’hui Président de l’ASM. Entré sans autre ambition que de rejoindre l’entreprise phare de ma ville, j’ai rapidement gravi des échelons et pris des responsabilités en France et dans plusieurs pays étrangers (Italie, Royaume-Uni, Russie et Roumanie où j’ai passé près de 20 ans). Lorsque vous êtes à la tête d’équipes nombreuses loin de la France, vous apprenez vite à écouter, à gérer, à dialoguer, à négocier, à décider. En parallèle, je me suis engagé pour contribuer au rayonnement de notre pays à l’étranger : Administrateur de l’association des entreprises étrangères en Russie,
Conseiller du commerce extérieur de la France, Président de la chambre de
commerce, d’industrie et d’agriculture en Roumanie. François Hollande a reconnu ce parcours au service des autres en me décernant la Légion d’Honneur en 2015.

C’est une expérience unique que j’ai vécue professionnellement et familialement avec ma femme et mes 3 filles. A leurs âges, j’avais à peine quitté Ambert, elles ont sillonné le monde ; je ne parlais pas de langues étrangères, elles ont étudié dans une école publique au Royaume-Uni puis à Moscou dans un établissement qui n’avait jamais reçu d’étrangers. Il y a trois ans, nous sommes rentrés à ClermontFerrand formés par tout ce que nous avions vécu.

De retour à Clermont-Ferrand, je reste passionné par mon activité professionnelle. L’expérience de trente bonnes années de travail m’a donné recul et sérénité. Me lever le matin pour aller travailler reste un plaisir quotidien.

Pourtant, j’ai décidé de m’engager. Pas pour faire carrière, mais pour servir ma ville et mes concitoyens.

Cet article a 2 commentaires

  1. Collas

    Bravo Eric,c’est un beau projet de vouloir oeuvrer pour sa ville et ses habitants.Cela a du sens.
    De plus tu es bien accompagne par Anne
    Amicalement,
    Martine Collas la soeur de Claudine

  2. Faidy Jeannine

    C’est très bien , continues comme çà, ta famille sera fier de toi.

Laisser un commentaire